{Recette turque} Le Simit turc et ses variantes

Pour ceux qui ne le connaîtrait toujours pas, le simit représente un des symboles de la gastronomie turque. Sa peau dorée et ses dizaines de graines de sésame ont un goût si particulier qui rappelle le bruit des mouettes et celui de la cuillère du thé qui cogne sur les parois de son verre...
En Turquie, la journée commence très souvent par un simit chaud. On prépare un petit déjeuner composé du fameux menemen turc, et des autres aliments qui le compose, puis on arrache un bout de simit chaud pour s'en servir comme cuillère en le trempant dans le menemen. Enfes! (délicieux en turc)

Aujourd'hui, je vais partager la recette du simit de ma mère. Elle est simple, rapide et sans prise de tête. Un simit pas trop doré, moelleux et parfait pour le petit déjeuner. Vous trouverez également une version sans gluten. et quelques variantes.



Sans plus tarder, la recette pour 5/6 simit:

Ingrédients:

❥ 1 verre d'eau tiède
❥ 1 verre de lait tiède
❥ 1 bel oeuf
❥ 1 c.à soupe de sucre
❥ 1 c.à café de sel
❥ 1 c.à café de vinaigre
❥ 1 sachet de levure sèche (de boulanger)
❥ 1 c.à soupe d'huile d'olive
❥ 1 c.à soupe d'huile de tournesol
❥ farine (2 à 3 verres)
Graines de sésame
4 cuillères à soupe de mélasse de raisin + un peu d'eau (optionnel)

Préparation:

1 - Ajoutez tous les ingrédients puis autant de farine que possible ensemble dans un saladier, pétrissez à la main.
2 - Lorsque la pâte n'est plus collante, vous pouvez arrêter de rajouter de la farine et recouvrir le saladier d'un torchon pour laisser reposer la pâte pendant 10 minutes pour les pressés, 30 pour ceux qui ont le temps.
3 - Faites prendre la forme d’un simit à votre pâte, entaillez le dessus en épi avec un couteau. Variante: Créez deux longues baguettes fines avec la pâte puis twistez les ensemble pour donner une vraie forme de simit comme sur cette photo. Répétez tant que vous avez de la pâte.
4 - Saupoudrez de graines de sésames (modérément). 
5 - Mettez au four à 180°C jusqu’à ce qu’ils deviennent dorés (30 min env.). 

Version avec de la mélasse de raisin: Mélangez un demi verre à thé turc de mélasse (pekmez en turc, à acheter ici) et un demi verre à thé turc d'eau ensemble. Rajoutez les graines de sésame à cette préparation et versez ce mélange sur les simit avant de les enfourner.

Version sans gluten: Pour des simit sans gluten, il suffit simplement de remplacer la farine par une autre farine sans gluten. Vous pouvez également rajouter un mélange d'autres farines que vous appréciez comme la farine de millet ou la farine . Utilisez un récipient en verre car la pâte sera légèrement plus collante et nécessitera que vous la travailliez à l'aide de farine pendant la mise en forme des simit. La pâte sera beaucoup plus difficile à manier car plus effritable, il faudra être très délicats dans les mouvements.

Astuce: Pour un meilleur goût, et si vous avez le temps, vous pouvez faire dorer les graines de sésame quelques minutes dans une poêle.

Afiyet olsun !


Pour voir tous les articles de cuisine turque, cliquez ici.

Pour suivre le blog sur Facebook, cliquez ici.
Pour suivre le blog sur Instagram, cliquez ici.

PS: vous seriez intéressés par des recettes turques en vidéo? Abonnez-vous à la chaîne Youtube du blog en cliquant ici, des vidéos arrivent bientôt ! 

Guide pratique: Voir un match de foot à Istanbul

Une des activités à ne pas manquer à Istanbul est bien entendu celle de regarder un match de foot entouré de fervents supporters turcs. Vous devez sûrement déjà savoir que les turcs et le foot, c'est une grande histoire d'amour très tumultueuse... L'ambiance qui se créée autour d'un match de foot en Turquie est, sans exagérer, exceptionnelle et à vivre au moins une fois dans sa vie. La passion des turcs face au foot est sûrement comparable à celle des brésiliens face à ce sport.
A l'occasion du prochain derby Galatasaray-Besiktas du 2 décembre 2018, j'ai eu envie de répondre à certaines questions qu'on me pose souvent à ce sujet-là...



5 villes turques que j'aimerais visiter l'hiver

Ces derniers jours, on me pose beaucoup la même question: Je viens en Turquie cet hiver mais j'ai peur de m'ennuyer, qu'en penses-tu?

Tout d'abord j'ai envie de vous dire que si vous vous ennuyez en Turquie, quelque soit la période, c'est que vous avez un sérieux soucis d'auto-divertissement. Et deuxièmement, n'oubliez pas que la Turquie est un pays qui regorge de possibilités. En 6 ans de vie à Istanbul, je ne me suis JAMAIS ennuyée!



Si je ne devais garder que 10 chansons turques...

Dans la voiture, avec des amis, on écoutait des grands classiques de la musique internationale. Freddie Mercury, Nirvana, Aerosmith, Michael Jackson et j'en passe... Puis on s'est posé la question: Imaginez que vous n'avez le droit d'écouter que 10 chansons dorénavant, quelles seraient ces chansons...? 
Oui je sais, on a des délires un peu étrange avec mes amis, mais quand vous avez 6h à tuer et que vous avez déjà écouté 30 min de livre audio, toutes les chaînes de radio qui mettent Yalin en boucle, et perdu 6 fois au jeu ni oui ni non, vous commencez à poser des questions existentielles...

Alors j'ai réfléchit (car je n'avais que ça à faire...). Quelles sont ces 10 chansons turques que je ne me lasserai jamais d'écouter..? J'ai fait ma liste sur Spotify (d'ailleurs on peut se suivre sur Spotify, ajoutez-moi en cliquant ici ;) C'est la liste que vous trouverez ci-dessous (et dans mes playlist Spotify).
Pour faire un test, je me suis lancée un défi: n'écoutez que ces 10 chansons pendant 1 semaine (#nolife #forever). Pour une grande passionnée de musique de tous styles comme moi, ça allait être un vrai challenge. Alors, l'ai-je réussi le défi? Réponse à la fin de l'article....


Bien choisir son hôtel à Istanbul: Quel quartier pour quel type de séjour et quel budget ?

Istanbul est une ville qui propose tellement d'ambiances différentes qu'on ne peut jamais vraiment dire: Moi je connais tout sur Istanbul. Car au moment où l'on croit avoir fait le tour, on se perd en prenant le mauvais bus (histoire vraie qui m'est arrivée récemment...et qui m'arrive tout le temps) et on atterrit dans un tout autre environnement. Du coup, c'est tellement passionnant qu'on a du mal à choisir le quartier dans lequel séjourner lorsqu'on vient pour quelques jours. Mon meilleur conseil serait de venir plusieurs fois et de séjourner dans différents quartiers à chaque fois. C'est le meilleur moyen de s'imprenier de l'ensemble de la ville. Moi, depuis 6 ans de vie commune avec Istanbul, j'ai déjà vécu dans 5 de ses quartiers... (J'ai la bougeotte:) mais je n'arrive toujours pas à dire que je maîtrise la ville parfaitement. Comme quoi...


Aujourd'hui, je vous aide à bien choisir votre hôtel à Istanbul dans le bon quartier, en fonction du type de séjour que vous prévoyez de faire, avec une approximation du budget. Si vous avez des idées pour compléter mes propositions, n'hésitez pas à m'en faire part en commentaire. Sinon, pour découvrir ma liste permanente d'hôtels favoris dans différentes villes de Turquie comme Istanbul, Ankara, Izmir... cliquez ici.

{Recette Turque} LA RECETTE du barbunya (haricots rouges)

c°Food52
Je crois qu'après cette recette, on aura fait tous les haricots que je connais. Après les haricots blancs à la turque, les haricots verts à la turque, voici les haricots rouges... je vous le donne en mille... à la turque!
De ce que j'ai compris de vos messages Instagram, vous avez quelques difficultés à avoir les bons dosages pour cette recette. Je vous les donne précisément dans cet article en espérant que vous m'envoyiez des photos des résultats !!! #leblogdistanbul

Sans plus tarder, voici la recette:

Le guide du camping en Turquie

Cela fait plusieurs mois que je teste le camping dans différentes parties de la Turquie et je dois dire que je me suis ouverte à un tout autre monde que je ne connaissais pas et dont les codes sont très particuliers. Il faut dire qu'il y a le monde du camping, et le monde du camping en Turquie. Que ceux qui font du camping un peu partout dans le monde me corrige si j'ai faux, mais il me semble qu'en Turquie, la culture du camping est un poil différente. 
Je ne pense pas que je serais une mordue de camping comme certaines personnes qui m'ont initié à cette pratique cependant, j'apprécie énormément le concept de communion avec la nature, d'une vie minimaliste et de dormir à la belle étoile avec les étoiles... Si vous n'avez jamais essayé, je vous conseille vivement de tenter et de mettre au défi votre côté aventurier! Vous serez surpris de ce que la nature nous offre et que nous refusons de protéger.

Petite aparté: J'ai une théorie - rien de révolutionnaire mais assez logique finalement - comme quoi plus on s'éloigne des choses et moins on y est sensible. Plus on reste loin des animaux, confinés dans nos villes, et moins on est emphatique de leur souffrance par exemple. Plus on est loin d'un pays ou d'une communauté et moins on les comprend, et moins on les soutient car on ne connaît pas si bien que cela donc moins sensibles à ce qu'ils ressentent. Et bien c'est pareil pour la nature. Plus on reste en ville, et plus on consomme sans aucune conscience écologique, et moins on est sensible à ce que nous apporte la terre... Selon moi, on doit vraiment se rapprocher de nos basics... Et camper est un très bon moyen pour cela. En plus de nous faire retrouver notre sentiment d'humilité face à la nature, elle nous apprend à communiquer avec elle et entre nous humains pour s'entraider. Bref, testez au moins un fois et dites-moi ce que vous avez appris de cette expérience.

Dans cet article, je vous donne donc quelques conseils que j'aurais aimé savoir avant d'aller faire du camping dans les montagnes sauvages ou au bord des magnifiques lacs de Turquie.



À savoir:

Pourquoi je ne vais plus à TAKSIM

En 2013, j'ai eu la chance de travailler dans le quartier de Beyoglu, proche de la place Taksim. Mon lieu de travail était situé à Cumhuriyet Cad., juste en face du parc Gezi. Je me tapais 1h15 de transport tous les matins mais j'allais au travail avec grand plaisir car je savais que j'allais être au centre de la ville et que l'environnement était hyper sympa.
A 8h50 du matin, en sortant du métro par la sortie de Gezi Park, je saluais quotidiennement le cireur de chaussure au sourire contagieux installé à l'entrée du parc. Je jetais toujours un oeil au policier du coin, toujours au même endroit en train de donner des directions aux touristes perdus. Puis, je passais devant le Asli Borek, le Tekel et Marmaris Büfe avant d'entrer dans le hall de l'immeuble type ancien. 
A midi, avec les collègues, nous sortions dehors, à la découverte de nouvelles adresses dans les arrières rues du quartier. Nous avions également nos petites habitudes comme manger au Café Français du consulat français (devenu Bistrot Français, que je recommande vivement!), au Faros Restaurant ou à Polo pour les grandes occasions type anniversaire. Lorsque la météo nous le permettait, nous prenions des plats ou sandwichs à emporter et déjeunions sur la pelouse du parc, tout en regardant les passants. L'atmosphère était vivante, colorée et turque. On avait un fort sentiment d'appartenance à ce lieu qui nous accueillait à bras ouverts. 
Puis, les mois ont passé, et mon lieu de travail a déménagé. Après les événements de Gezi de l'été 2013, nous ne voulions pas quitter l'endroit, nous voulions rester à son chevet, au cas où il aurait besoin de nous. Mais ce n'était pas notre décision et nous sommes partis.
Je vous raconte un temps qui, selon moi est révolu. Je ne rentrerais pas dans le cliché irrationnel du "c'était mieux avant" mais je dois avouer que j'ai vu les environs de Taksim et d'Istiklal sous de meilleurs jours. Il est maintenant très rare que je m'y rends par plaisir. J'y mets les pieds uniquement pour aller au consulat (et/ou au Bistrot Français du consulat), aller dans ses musées, passages ou galeries d'art du coin et puis c'est tout. J'essaie d'y rester le moins de temps possible et je privilégie les quartiers voisins comme Galata, Besiktas ou Cihangir. 

Être végétarien dans le pays des kebabs

Quelques années auparavant, discussion avec une amie dans un café de Cihangir:

Moi: Je t'avais déjà dit que je voulais arrêter de manger de la viande depuis quelques temps?
Elle: Ah bon? C'est cool, j'aimerais bien aussi mais c'est pas pour maintenant. En tout cas, bon courage!
Moi: Euh... Comment ça "bon courage"?
Elle: Bahh, tu te doutes bien qu'à Istanbul, c'est un peu compliqué de devenir végétarien. On est dans le pays des kebabs quand même...
Moi: Hein?

Aujourd'hui, octobre 2018, j'habite toujours à Istanbul et je ne mange plus de viande (et donc de kebab!).

Les magnifiques photos de cet article proviennent d'une de mes meilleures amies Aysegul. Son compte Instagram est super : www.instagram.com/aysegul.trfr