{Recette Turque} LA RECETTE du barbunya (haricots rouges)

Je crois qu'après cette recette, on aura fait tous les haricots que je connais. Après les haricots blancs à la turque, les haricots verts à la turque, voici les haricots rouges... je vous le donne en mille... à la turque!
De ce que j'ai compris de vos messages Instagram, vous avez quelques difficultés à avoir les bons dosages pour cette recette. Je vous les donne précisément dans cet article en espérant que vous m'envoyiez des photos des résultats !!! #leblogdistanbul

Sans plus tarder, voici la recette:

Ingrédients pour 4/5 personnes:

❥ 500 g. de haricots rouges PRÉCUITS
❥ 1 grosse tomate, de préférence molles (ou 2/3 petites)
 1 gros oignon
❥ 1 carotte
❥ 1 patate
 gousse d'ail
❥ 2 verres d'eau tiède
❥ 1 botte de persil
❥ 1 petit verre d'eau d'huile d'olive (ou 8 à 10 cuillères à s.)
❥ Sel
❥ Paprika en poudre (kirmizi pul biber en turc)
❥ Une pincée de sucre en poudre (ou un morceau de sucre)

Préparation:

1 - Faites revenir les oignons et l'ail émincé dans l'huile.
2 - Pelez et coupez la tomate, la patate et la carotte en dès puis rajoutez-les. Faites les revenir ensemble quelques minutes.
3 - Rajoutez-y les haricots, l'eau, le sel et le sucre.
4 - Mélangez puis fermez le couvercle et une fois que l'eau a bouilli, laissez mijoter 15 min env à feu doux. Vous saurez lorsqu'ils sont prêts lorsqu'ils seront très bien ramollis.
6 - Laissez refroidir au frigo et servez frais en tant que plat ou mezze avec du yaourt.

Note: Dans la cuisine turque, on rajoute toujours du sucre dans les préparations à l'huile d'olive. Les 
Afiyet olsun....

Autres recettes:

► La recette des haricots blancs
► La recette des Sarma
► La recette de la soupe au yaourt



Pour voir tous les articles de cuisine turque, cliquez ici.

Pour suivre le blog sur Facebook, cliquez ici.
Pour suivre le blog sur Instagram, cliquez ici.

Le guide du camping en Turquie

Cela fait plusieurs mois que je teste le camping dans différentes parties de la Turquie et je dois dire que je me suis ouverte à un tout autre monde que je ne connaissais pas et dont les codes sont très particuliers. Il faut dire qu'il y a le monde du camping, et le monde du camping en Turquie. Que ceux qui font du camping un peu partout dans le monde me corrige si j'ai faux, mais il me semble qu'en Turquie, la culture du camping est un poil différente. 
Je ne pense pas que je serais une mordue de camping comme certaines personnes qui m'ont initié à cette pratique cependant, j'apprécie énormément le concept de communion avec la nature, d'une vie minimaliste et de dormir à la belle étoile avec les étoiles... Si vous n'avez jamais essayé, je vous conseille vivement de tenter et de mettre au défi votre côté aventurier! Vous serez surpris de ce que la nature nous offre et que nous refusons de protéger.

Petite aparté: J'ai une théorie - rien de révolutionnaire mais assez logique finalement - comme quoi plus on s'éloigne des choses et moins on y est sensible. Plus on reste loin des animaux, confinés dans nos villes, et moins on est emphatique de leur souffrance par exemple. Plus on est loin d'un pays ou d'une communauté et moins on les comprend, et moins on les soutient car on ne connaît pas si bien que cela donc moins sensibles à ce qu'ils ressentent. Et bien c'est pareil pour la nature. Plus on reste en ville, et plus on consomme sans aucune conscience écologique, et moins on est sensible à ce que nous apporte la terre... Selon moi, on doit vraiment se rapprocher de nos basics... Et camper est un très bon moyen pour cela. En plus de nous faire retrouver notre sentiment d'humilité face à la nature, elle nous apprend à communiquer avec elle et entre nous humains pour s'entraider. Bref, testez au moins un fois et dites-moi ce que vous avez appris de cette expérience.

Dans cet article, je vous donne donc quelques conseils que j'aurais aimé savoir avant d'aller faire du camping dans les montagnes sauvages ou au bord des magnifiques lacs de Turquie.



À savoir:

Pourquoi je ne vais plus à TAKSIM

En 2013, j'ai eu la chance de travailler dans le quartier de Beyoglu, proche de la place Taksim. Mon lieu de travail était situé à Cumhuriyet Cad., juste en face du parc Gezi. Je me tapais 1h15 de transport tous les matins mais j'allais au travail avec grand plaisir car je savais que j'allais être au centre de la ville et que l'environnement était hyper sympa.
A 8h50 du matin, en sortant du métro par la sortie de Gezi Park, je saluais quotidiennement le cireur de chaussure au sourire contagieux installé à l'entrée du parc. Je jetais toujours un oeil au policier du coin, toujours au même endroit en train de donner des directions aux touristes perdus. Puis, je passais devant le Asli Borek, le Tekel et Marmaris Büfe avant d'entrer dans le hall de l'immeuble type ancien. 
A midi, avec les collègues, nous sortions dehors, à la découverte de nouvelles adresses dans les arrières rues du quartier. Nous avions également nos petites habitudes comme manger au Café Français du consulat français (devenu Bistrot Français, que je recommande vivement!), au Faros Restaurant ou à Polo pour les grandes occasions type anniversaire. Lorsque la météo nous le permettait, nous prenions des plats ou sandwichs à emporter et déjeunions sur la pelouse du parc, tout en regardant les passants. L'atmosphère était vivante, colorée et turque. On avait un fort sentiment d'appartenance à ce lieu qui nous accueillait à bras ouverts. 
Puis, les mois ont passé, et mon lieu de travail a déménagé. Après les événements de Gezi de l'été 2013, nous ne voulions pas quitter l'endroit, nous voulions rester à son chevet, au cas où il aurait besoin de nous. Mais ce n'était pas notre décision et nous sommes partis.
Je vous raconte un temps qui, selon moi est révolu. Je ne rentrerais pas dans le cliché irrationnel du "c'était mieux avant" mais je dois avouer que j'ai vu les environs de Taksim et d'Istiklal sous de meilleurs jours. Il est maintenant très rare que je m'y rends par plaisir. J'y mets les pieds uniquement pour aller au consulat (et/ou au Bistrot Français du consulat), aller dans ses musées, passages ou galeries d'art du coin et puis c'est tout. J'essaie d'y rester le moins de temps possible et je privilégie les quartiers voisins comme Galata, Besiktas ou Cihangir. 

Être végétarien dans le pays des kebabs

Quelques années auparavant, discussion avec une amie dans un café de Cihangir:

Moi: Je t'avais déjà dit que je voulais arrêter de manger de la viande depuis quelques temps?
Elle: Ah bon? C'est cool, j'aimerais bien aussi mais c'est pas pour maintenant. En tout cas, bon courage!
Moi: Euh... Comment ça "bon courage"?
Elle: Bahh, tu te doutes bien qu'à Istanbul, c'est un peu compliqué de devenir végétarien. On est dans le pays des kebabs quand même...
Moi: Hein?

Aujourd'hui, octobre 2018, j'habite toujours à Istanbul et je ne mange plus de viande (et donc de kebab!).

Les magnifiques photos de cet article proviennent d'une de mes meilleures amies Aysegul. Son compte Instagram est super : www.instagram.com/aysegul.trfr

15 sites turcs qui simplifieront votre vie !

Aujourd'hui, on parle des sites qui sauvent la vie, les sites qui font dire "mais comment on faisait avant?!" et les sites qui nous font dépenser de l'argent pour la bonne cause (dans la plupart des cas :) ! N'hésitez pas à partager les vôtres dans les commentaires au dessous de l'article.


Mes musées préférés à Istanbul {part 2}

Vous vous rappelez de mon dernier article sur les musées? J'avais évoqué ma non-exaltation à l'idée de passer des heures dans un musée. Et bien figurez-vous que.... c'est toujours le cas! Ahah, je vous ai bien eu. Vous l'avez compris, je préfère toujours passer 3h devant un bouquin que devant un tableau. Que voulez-vous...
Par contre, j'aime toujours autant passer une demi-heure par-ci par-là dans des galeries ou des musées, et j'en ai découvert de nouveaux à Istanbul qui ont particulièrement retenu mon attention. Sachez que les événements comme Contemporary Istanbul (qui a lieu ce weekend) ne sont pas ma tasse de thé. Pour faire simple, j'aime ce qui est simple, sans chichi et sans grosses pubs pour augmenter les ventes.
Si vous êtes comme moi, pas fan inconditionnel des musées traditionnels ou événements culturels hypers médiatisés, mais que vous aimez l'art et ses dérives, les propositions que je m'en vais vous faire vous plairont sûrement.



{Recette Turque} Les haricots verts à l'huile d'olive

Un de mes plats turcs préférés à faire et déguster l'été, lorsqu'il fait trop chaud mais qu'on veut sa ration de légumes, les haricots verts à l'huile d'olive sont parfaits, simples et délicieux! Vous pouvez les consommer plusieurs jours en  les stockant au frigidaire. Ce plat, comme tous les plats froid à l'huile d'olive, est également consommé comme mezze ou salade froide en centre de table. 
Sans plus tarder, voici la recette:


Ingrédients pour 4/5 personnes:

❥ 500 g. de haricots verts
❥ 3 grosses tomates, de préférance molles
❥ 2 oignons de taille moyenne ou 1 gros oignon
❥ 2 gousses d'ail
❥ 1 verre d'eau tiède
❥ 1 petit verre d'eau d'huile d'olive (ou 10 cuillères à s.)
❥ Sel
❥ Une pincée de sucre en poudre (ou un morceau de sucre)

Préparation:

1 - Lavez les haricots verts puis coupez les extrémités et s'ils sont très longs, cassez-les en deux. S'ils sont épais, recoupez-les sur leur longueur pour qu'ils soient plus fins (et ils seront comme sur la photo).
2 - Coupez les oignons en croissant de lune (une fois en deux, puis en rondelles fines).
3 - Pelez et coupez les tomates en dès. Vous pouvez également les râpez si c'est plus simple pour vous mais je préfère la première solution.
4 - Allumez le feu moyen puis dans une casserole de moyenne taille, faites revenir les oignons dans l'huile quelques minutes. Rajoutez-y les haricots, les tomates, un verre d'eau, l'ail coupez en petits dès, le sel et le sucre.
5 - Mélangez puis fermez le couvercle et une fois que l'eau a bouilli, laissez mijoter 30 min env à feu doux. Vous saurez lorsqu'ils sont prêts lorsqu'ils seront très bien ramollis.
6 - Laissez refroidir au frigo et servez frais en tant que plat ou mezze avec du yaourt.

Note: On rajoute souvent du sucre dans les préparations à l'huile d'olive.
Afiyet olsun....

Sur le même sujet, je vous conseille de lire:

► La recette des haricots blancs à la turque
► Toutes les recettes du blog.

Le Blog D'Istanbul est sur Instagram => www.instagram.com/blogistanbul
Pour trouver un bon hôtel en Turquie, consultez les recommandations sur blog en cliquant ici.

3 romans à Istanbul (mes prochaines lectures)

Après de longues vacances extrêmement enrichissantes, je fais enfin mon retour sur le blog, avec un article lecture (en hommage au #vendredilecture), qui vous et me replongera tout doucement dans le bain d'Istanbul. En effet, après avoir passé 2 mois en Asie (ceux qui me suivent sur Instagram et Facebook savent ;) j'ai besoin de me ressourcer dans ma ville de coeur qui m'avait, je dois l'avouer, bien manqué. 
Si vous avez bien suivi mes aventures sur ces mêmes réseaux sociaux, vous n'êtes pas sans savoir que je suis actuellement en pleine écriture d'un roman, et qu'une grande partie de l'histoire aura lieu à Istanbul (cela va de soit non?). J'ai donc d'autant plus besoin de m'inspirer d'autres oeuvres littéraires en ce moment et de découvrir les univers ainsi que plumes de nouveaux écrivains.

Aujourd'hui, nous allons donc découvrir 3 romans dont les histoires se passent à Istanbul et je NOUS donne le défi d'en lire un par mois jusqu'à la fin de l'année 2018, puis on fera un bilan, et si l'expérience vous a plu, on recommencera. Vous êtes partants? 

A noter qu'il y a énormément de livres qui répondent à la description. En me fiant à mon jugement personnel après consultation des revues de ces oeuvres, j'ai particulièrement choisi des romans-ci car apparemment, après les avoir lu, ils donnent furieusement envie d'aller visiter la ville concernée. Il faut avouer que c'est exactement l'effet que je souhaite donner aux lecteurs qui liront mon livre. Donc découvrons-les:

{Shopping à Istanbul} Vêtements à petits prix dans les passages et galeries secrètes

Beaucoup attendent les soldes pour se ruer dans les centres commerciaux et faire du shopping. Sachez tout d'abord que ce n'est pas une de mes pratiques. Je déteste aller au centre commercial et me balader dans les magasins, enfermée, même lorsqu'il pleut. Pour moi, les boutiques dans les rues, les galeries aérées et les passages sont plus agréables. Aujourd'hui, je vais donc partager avec vous ces lieux que j'ai déniché après 6 ans à Istanbul pour aller faire du shopping à pas cher à Istanbul.
Un prochain article vous listera mes boutiques de friperies préférées à Istanbul. Car oui, je suis une adepte du recyclage de vêtements et de l'achat seconde-main, surtout depuis que j'ai regardé le reportage The True Cost que je vous recommande.

Astuces:

  • - Les marchés sont aussi des mines d'or pour les vêtements bon marché. Une liste des meilleures marchés d'Istanbul est disponible ici.
  • - Je privilégie toujours les vêtements qui ont été fabriqué en Turquie car je préfère favoriser la production locale que la production chinoise ou autre. D'ailleurs, les produits fabriqués en Turquie sont généralement moins chers et de bonne qualité.
  • - Munissez-vous d'argent liquide... Les cartes bancaires ne sont généralement pas acceptées dans ces lieux.

Mais de quels types de passage et galerie parle-t-on?

Il s'agit sont des petites ruelles ou galeries couvertes dans lesquelles sont réunis de nombreux petits magasins ou stands sans vraiment d'enseigne qui proposent des vêtements "de marque" à très bas prix. Qu'on s'entende, il ne s'agit pas de marques comme Louis Vuitton ou Chanel mais plutôt Zara, Mango, Miss Selfrige, Topshop ou encore Massimo Dutti. Un grand nombre de produits sont également sans marque mais suivent de très près les tendances. En gros, vous avez des produits similaires à ceux des magasins de centres commerciaux à qualité égale mais pour beaucoup moins cher.