10 choses que je n'ai toujours pas faites à Istanbul (& des idées fraiches pour vous!)

Comme tous les jours de la semaine, tu te lèves tôt le matin, entre 7h et 8h. Une douce lumière réchauffe ton visage: le soleil d'Istanbul. Tu prends ton café en écoutant les bruits de la rue et les chats qui miaulent de bon matin. Pendant ta routinière douche tiède, tu écoutes peut-être de la musique entraînante ou alors juste le son de l'eau qui ruisselle le long de tes jambes. Puis tu t'habilles, un peu comme tous les jours, tu enfiles tes chaussures rapidement, sans oublier de fourrer dans ton sac les utilités vitales (smartphone-portefeuille-clés), puis tu claques la porte en priant pour que tes clés soient bien dans ta poche. Puis le métro. Le simit si tu as le temps. Et enfin le fameux boulot qui représente près de deux tiers de ta vie. Il est environ 18h, le soleil se couche bientôt, tu files à la maison. Dîner. TV. Journée terminée. Bonne nuit. 

Mais dites-moi, quelle est la différence entre une journée à Paris et une journée à Istanbul dans ces conditions? Aucune (à part le simit et les chats).

Récemment, j'ai décidé de redécouvrir la ville dans laquelle je me suis installée il y a 5 ans avec plein d'espoir et que je prends désormais pour acquise, comme un époux de plus de 10 ans qui me m'excite plus comme au premier jour. J'arrive à ce stade où j'ai besoin de reprendre les choses en main, et surtout besoin de ressentir que je ne suis pas dans n'importe quelle ville. Je suis à Istanbul, et des milliers rêvent d'être à ma place. Je dois lui faire justice et en apprécier les spécificités uniques, les lieux, les ambiances, tant que je suis toujours là...

Je vous invite à faire un exercice similaire avec la ville dans laquelle vous vivez. C'est un peu comme remettre du piment dans une relation amoureuse qui bat de l'aile. On organise des dîners romantiques, on fait des surprises, on donne du peps aux nuits devenues routinières et ainsi on entretient cet amour tant désiré au tout début de la relation.

4 réactions: