Pourquoi quitter Istanbul ?

On parlait avec une copine l'autre jour, et elle me disait que beaucoup de personnes de son entourage stambouliote, un entourage principalement français ou franco-turc, décidaient d'un retour définitif en France. Et c'est vrai que beaucoup de personnes de mon entourage aussi se décident à quitter la superbe ville que j'ai mis à l'honneur dans ce blog, et ce chaque année.

Moi qui reçois tout un tas de mails de personnes qui me disent rêver de vivre à Istanbul, je me suis donc poser la question. Pourquoi pour certains, vivre à Istanbul est un rêve, alors que pour d'autres y vivant déjà, il est temps de quitter ce lieu si magique?


Me concernant, je me vois vivre encore quelques années à Istanbul. J'y ai encore trop de choses à faire, à voir et à expérimenter. Mais quelles sont les raisons qui me feraient partir aujourd'hui? Je me pose la question et voici les pensées qui me viennent en tête :

1 ↳ La pollution ? 

Il faut dire qu'Istanbul est une ville qui n'a pas l'air le plus propre du monde. Mais elle n'est pas la plus salle non plus. Toutes les grandes villes sont bonnes à quitter pour cette exacte raison. Qu'il s'agisse de Paris, New York, Tokyo ou Milan, la pollution est présente et détruit notre santé par le biais simple de notre respiration.
Cependant, je dois dire que lorsqu'un ami, qui est récemment devenu asthmatique, m'a dit que son médecin lui avait donné pour seul conseil de "déménager d'Istanbul" si il ne voulait pas que son état empire, j'ai ris jaune. SI UN JOUR ISTANBUL ME REND MALADE, JE PARTIRAI (au village 😉).


2 ↳ L'envie de voir ailleurs ?

Passionnée de voyage que je suis, je me rends compte que depuis que j'ai posé les pieds à Istanbul, je n'ai pas fait beaucoup de voyages longues distances, et cela me manque. Moi qui avait vu 4 continents sur 5 avant mes 23 ans, je trouve que j'ai beaucoup stagné dans la même zone ces 4 dernières années. Mais j'ai mes raisons:
 Il faut savoir que lorsque vous travaillez en Turquie, le nombre jour de vacances légal pour un employé est de 14 jours par an. Et quand toute votre famille habitent en France, et que vos cousines/frères/copains se marient ou font des enfants, vous avez tendance à utiliser ces précieux jours de vacances pour aller les voir. Sauf que pour vous, aller dans votre pays d'origine, ce n'est pas vraiment voyager. On est d'accord.
 La Turquie elle-même ainsi que la région dans laquelle elle se trouve est une zone très variée, où il y a une multitude de choses et de lieux à voir. Je suis loin d'avoir tout vu et je compte bien en profiter pour voir un maximum de la Turquie et des pays qui l'entourent. SI J'AI FAIT LE TOUR ET TOUT VU DANS LA RÉGION, JE PARTIRAI (à Cuba).


Cappadoce - Mai 2015
3 ↳ L'évolution des prix ?

Il est devenu difficile de se loger à prix abordable à Istanbul. Les zones proches des centres villes sont hors d'atteinte et les alentours deviennent petit à petit des mines d'or. J'habite proche de Kadikoy, et lors de mon arrivée, il y a 4 ans, un appartement proche du mien se louait 600 TL. Aujourd'hui, on en demande 1700 TL. Plus du double donc, pour les mêmes 4 murs. Cela devient vraiment inquiétant et s'éloigner du centre enlève tout son charme à l'expatriation.
Il faut donc voir l'évolution des prix de l'immobilier à Istanbul mais aussi le coût de la ville sachant que tous les 1ers janvier (dont celui que nous venons de passer) les plus augmentent, et à grand pas ! SI UN JOUR MON LOYER DEVIENT EXORBITANT, JE PARTIRAI (là où c'est raisonnable)



4 ↳ Le climat tendu

La guerre est à nos pieds, c'est une réalité. Et il faut vivre avec. Mais quand je dis nos pieds, il s'agit quand même de près de 1400 km! On ne la ressent pas vraiment. On vit sa vie, et on espère que tout se passera pour le mieux. On fait l'autruche, comme tout le monde. Mais surtout, on espère que tout se passera pour mieux (doublement).
Ce que je veux dire, c'est que la guerre, aujourd'hui, elle existe partout. Alors à moins d'avoir de la famille qui nous accueille en Nouvelle Zélande, on a pas trop d'alternatives d'endroits où il n'y a pas d'attentats, pas de terreur et où on peut s'installer facilement. Il fait bon vivre à Istanbul, alors pourquoi pas y rester..? SI UN JOUR LA GUERRE FAIT PARTIE DE MON QUOTIDIEN A ISTANBUL, JE PARTIRAI (au Canada. Qui m'héberge?)



Je ne vois quoi d'autre pourrait me faire renoncer à Istanbul. Il n'est pas incorrecte de dire à mon stade (c'est à dire presque 4 ans de cohabitation avec les stambouliotes) qui je ne passerai certainement pas ma vie à Istanbul. Je me laisse maximum 4 ans. Cela ne veut pas dire que je quitterai la Turquie. Il y a plein d'autres endroits magnifiques à voir en Turquie... Izmir est la ville d'origine de mon papa, pourquoi pas y retourner et créer un blog appelé Le Blog D'Izmir ;)

TÉMOIGNAGES:
Vivez-vous à Istanbul? Qu'est ce qui vous ferait quitter Istanbul?
Avez-vous vécu à Istanbul? Si oui, qu'est ce qui vous a poussé à partir?

D'autres articles :

8 commentaires:

  1. Article intéressant, par contre on doit écrire "je partirai" (futur simple et non conditionnel) ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :) je me suis posée la question. Mais il y a un SI devant, donc conditionnel non? Il y a de fait une condition..

      Supprimer
    2. Ah non effectivement tu as raison, je présents du début de la phrase fait que c'est du futur ^^

      Supprimer
  2. Article très intéressant, rêver d y vivre certes serait une expérience très enrichissante. Mais faut avoir un salaire correct.

    RépondreSupprimer
  3. bonsoir

    je vie a paris !mais pour moi elle n'est rien par rapport à la Turquie , sa beauté me fascine et son charme m'assassine un petit bout de paradis sur terre voila comment je décris la Turquie

    fatima

    RépondreSupprimer
  4. J'adore Istanbul mais nous venons de prendre la decision de partir en France, pour plusieurs raisons:
    - la situation politique tres instable, et virant a la dictature.
    - la qualite de vie qui se degrade (embouteillages, flambee des loyers, "betonisation" intensive, pollution)
    - Maintenant que nous avons un enfant, nous sommes bien obliges de penser a son instruction et le systeme scolaire turc laisse vraiment a desirer, a moins de payer une fortune dans le prive.

    Tout cela accumule fait que nous ne finirons certainement pas 2016 en Turquie. Nous partirons le coeur un peu lourd, mais on prevoit de revenir regulierement (de toute facon obliges pour voir ma belle-famille).

    RépondreSupprimer
  5. J'ai vécu à Istanbul (pendant de courtes périodes). J'ai voyagé ailleurs et j'ai toujours en tête de venir m'installer à Istanbul. J'ai vraiment eu un coup de foudre pour cette ville <3

    www.instagram.com/hanoush_manoush

    RépondreSupprimer
  6. Coucou. Je viens de découvrir ton blog il est top! Je voulais venir une semaine en Turquie avec mon copain je voulais te demander comment etait l'atmosphère ? Les médias montrent ce qu'ils veulent. Esce vraiment risquer de venir y passer des vacances ? Je te remercie !!

    RépondreSupprimer