SADAKA...

... est un mot qui mérite un article.
Depuis mon arrivée en Turquie, je n'ai pu m'empêcher de m'imprénier de cette culture complexe et pourtant si simple. Je me suis entendue dire des expressions à la turc (ATA SOZU), m’arrêter un instant et écouter le son des imams appelant à la prière, acheter des objets qui ne servent à rien, juste parce qu'on en trouve dans toutes les maisons (tu sais le plat à l'entrée de ton appart, j'en ai 6 de différentes couleurs!), mettre un mauvais œil à ma porte ou en avoir un sur mon porte clé et surtout, donner une pièce presque à chaque fois que je rencontre un malheureux.

Cette dernière pratique, je la faisais rarement en France. Lorsque je suis arrivée en Turquie, on m'a expliqué le concept de SADAKA (charité). Chaque pièce que tu distribues te revient en retour, soit une entrée d'argent importante te tombe dessus, soit tu es epargée d'un malheure qui aurait pu beaucoup t’embêter, soit tu vis une joie impromptue.


Je n'y croyais pas au début. Puis j'ai commencé à donner. Et j'ai reçu. 
Un accident de voiture évité, une dent qui a faillit cassée, une glissade qui aurait pu me tuer, un bus arrivé à l'heure (pour une fois!), un gros billet de 100 liras trouvé dans une de mes vestes.

Les bonnes actions amènent les bonnes actions. J'y ai cru, et j'ai vu.

3 réactions: