L'open space m'a tué

Tu travailles dans un open space? Tu n'as pas de bureau et tu es obligé a le plaisir de partager ta table de travail avec 5 à 10 personnes? Alors cet article te fera penser à ta propre situation au travail.

Oui, depuis 2 ans, je travail en Open Space dans 2 compagnies différentes, une start-up et un grand groupe international.

Ce type d'open space est un qui a la classe ! Ils sont pas tous comme ça!
Alors, un open space, c'est quoi?

Un Open-Space, plateau ouvert en français (non, je ne vais pas recopié le Wikipedia pour cette partie explication), est une grande salle de travail que de nombreux salariés d'une même entreprise partagent en tant que bureau. Différents services peuvent se retrouver ensemble. Il n'y a pas de règles. Chaque entreprise aménage son open-space à sa guise.

Pour mon cas, dans la première entreprise, c'était un petit open-space assez convivial, où toute la boite partage le même espace.
Pour la second entreprise (actuelle), l'Open Space est très espacé et les 2 ou 3 services qui travaillent souvent ensemble sont rassemblés, ce qui est assez pratique et facilite la communication (genre..).

Pour l'explication de mon titre, la voici:

L'open-space est très difficile à supporter plus de 6 mois selon moi. Je conçois que cela puisse être très économique pour une entreprise. Cela facilite aussi la communication. Mais si vous avez lu le livre du même nom que mon titre (ici), vous découvriez la face cachée de ce qui est censé être un espace de travail convivial, communication helper et fédérateur.

Les points négatifs de l'Open Space:


- L'espionnage: Selon la place que tu occupes dans cet open space, ton écran est visible de certaines personnes, voire de tous. Les gens qui ont le mur derrière eux sont juste des chanceux que tout le monde envie. Donc je disais, ton moniteur est constamment épié par les autres qui cherchent à savoir si tu bosses vraiment si tu vas faire ton shopping sur La Redoute le premier jour des soldes, si tu envois des Email coquins à ton chéri avec photos compromettantes ou si tu es sur VentePrivée.com spécial "DIESEL" à 7h pétante (oui oui, y'en a qui arrive au travail à 7h). Et les réseaux sociaux, je ne vous en parle pas: "Tu sais quoi, elle est sur Facebook toute la matinée en train de commenter des photos pendant que NOUS, on bosse!" - " A ouais, mais comment tu sais qu'elle commentait des photos?" - "Humm..heuu.. j'ai du boulot la..".

Certes, le travail n'est pas le lieu où on doit surfer, mais 5 min de liberté ne fait pas de mal quand même!

- Qui part quand? : Ça, c'est le truc qui m'insupporte le plus. Les petits ragots sur Monsieur X partit à 18:20, "pour un cadre, il boss pas beaucoup" et Madame Y, partie à 16:30 "elle prétexte toujours ses enfants!"

C'est quand même assez mesquin non? C'est une pression supplémentaire qui aide a développer une certaine activité mentale: La calculatrice. On n'en vient à tout calculer. Elle est partie en réunion, lui est en confcall (on parlera des nouveaux mots dans un autre point) et le boss est parti avec sa maitresse. C'est bon, je peux filer à 18:45 au lieu de 19:00." Qu'on arrête tout ça bon sang! Chacun est responsable de son propre travail et si quelqu'un ne le fait pas correctement, c'est lui qui en pâtira. Non?


- Le Wording: Tu sais, ces mots, abréviations ou dérivés de l'anglais que tu es censé connaître (sinon t'es hasbeen ET incompétent), qui appartiennent totalement au monde du travail et que tu arrives enfin à apprivoiser au bout de 3 mois d'entreprise. Une "reco", une "propale", une "confcall", le fameux "ASAP", "FYI" ou encore "BTW". Il y en a un millier que je n'ai pas en tête mais si tu en as des pas mal, n'hésites pas à les laisser dans les coms'. Ça m'aidera à être moins hasbeen (tiens ça aussi c''en est un ;)

- La Open-Attitude: C'est un truc que j'ai inventé, un mixe entre l'open-space et la cool attitude. Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, mais en fait c'est FAUX.
a/ Les ragots sont vraiment très dérangents et peuvent parfois créer la perte d'un emploi ou la démission d'un employé sous pression perpétuelle.
b/ On ne peut pas être triste ou mal luné sans que cela se remarque et que tout le monde te demande: "Mais qu'est-ce que tu as aujourd'hui?".
c/ On ne peut pas parler au téléphone. Notre collègue d'à côté le fait: "Ouaiis, ce soir? Un AFTER WORK... AVEC NOS COPINES SUÉDOISES BLONDES ET JOLIES, MOUAIS POURQUOI PAS", mais nous, on aime pas trop fait genre on a une vie trépidante :)

Bref, je pourrais en parler pendant des heures...
Tout ça pour dire que le travail en Open Space apporte énormément d'avantages certes, mais que les inconvénients sont quand même assez présents et peuvent gêner au quotidien.

Sinon, tu travailles ou a déjà travaillé en open-space? Qu'en penses-tu?

A lire aussi:
► Vis ma vie... de stagiaire (conseils pour recherche d'emploi)
► Expatriation, bilan après 3 mois

Laissez-moi un petit mot sur les réseaux sociaux!
◄ Facebook      ◄ Twitter      ◄ Instagram

26 commentaires:

  1. Lol, trash ton post ;)
    On en discutait il y a peu avec une de mes stagiaires qui a bossé en banque avec son propre bureau, et c'est parfois dur de s'adapter ! En ce qui me concerne ça me va, et je pars du principe qu'on doit respecter la "vie privée" des collègues et ne pas mater leur écran "exprès" ou se garder de partager ce qu'on y a vu ;)
    Sinon pour "salariés d'une même entreprise partagent " c'est pas toujours le cas, on peut partager des bureaux sans être de la même boite, c'est assez sympa en fait.

    RépondreSupprimer
  2. Tu as raison sur toute la ligne! Cela fait plus de 4 ans que je travaille en open space et je vis exactement ce que tu décris... Sans compter que si tu es un tant soit peu différente de tes collègues ou que tu t'organises d'une manière qui n'est pas la leur, tu es de suite mise à l'écart...

    RépondreSupprimer
  3. Toute la vérité est là ! Je crois que je n'ai jamais travaillé dans un autre environnement que l'open-space, et c'est vrai que ça génère pas mal de stress. C'est surtout les ragots qui sont difficiles à vivre. Je ne pense pas qu'ils n'existent pas en dehors de l'open-space, mais là, tu ne peux pas faire autrement que de les entendre...
    Et sinon pour les mots bizarres, il y a "TTU" et "forwarder" :)

    RépondreSupprimer
  4. Aena, tu as tellement raison ! La mise à l'écart en open space parce que tu n'es pas une miss ragots et que tu te refuses à baver dans le dos de ton collègues quand il est sorti du bureau (tout en lui faisant un magnifique sourire quand il rentre), c'est lourd...

    RépondreSupprimer
  5. Coucou! Je n'ai jamais travaillé en open space mais je comprends tout ce que tu dis... Le pire, c'est que les gens surveillent ton écran! Affreux! Bisous!

    RépondreSupprimer
  6. Je suis en OpenSpace mais je fais parti des petites veinardes qui ont un coin de mur dans le dos donc aucun oeil indiscret sur ce que je fais (ou que je ne fais pas....). Mais je confirme c'est bruyant et fatiguant

    RépondreSupprimer
  7. Pour ma part je travaille aussi en open space mais n'ayant pas d'accès à internet, à part les sites de la boite ou encore les pages jaunes. Donc de ce côté là on est tranquille.
    Et puis je fais partie des chanceuses, je suis dos à la fenêtre / mur. Et puis on a des horaires fixes (pas les cadres juste les autres) du coup y'a pas de ragot par rapport à ça!

    RépondreSupprimer
  8. Je n'ai connu que des open space, petit ou grand, avec les défauts dont tu parles. On n'a pas vraiment le choix, on fait avec. Et il y a de bons moments aussi.

    RépondreSupprimer
  9. En tout cas s'est pas l’orthographe qui te pose problème.

    RépondreSupprimer
  10. Toi non plus anonyme, tu crois pas? ;)

    RépondreSupprimer
  11. t'es gentille avec 5 ou 10, nous sommes 30 dans un espace sans fenêtre, et c'est légal, alors que les vaches des exploitations agricoles certifiées bio sont obligées de voir la lumière du jour... Le monde est fou...

    RépondreSupprimer
  12. Allez, je me lance : L'open-space est en effet un nid à embrouille, mais parfois cela peut se révéler amusant. Je m'explique : il est arrivé un jour où ma responsable m'a pris en entretien avec mon collègue pour nous dire : "on m'a dit que vous ne faisiez pas vos heures et que lors de mes vacances, vous vous êtes bien fait plaisir ..."
    Alors, comme nous n'avions rien à nous reprocher, nous lui avons fait le récap de nos heures ... 9h30 - 19h avec 1 heure de déjeuner + 30 mn de pause ... Elle nous a retorqué : "c'est bien ce que je dis, vous ne faîtes pas vos heures !"
    Ah ... alors on lui rappelle qu'on est au 37,5 heures, on refait le calcul avec elle ...
    Au final, on fait 30mn en moyenne d'heure sup !!!
    Et nous de lui dire : "Alors, tu nous les paie les heures sup ou pas ?"
    Râté, mais au moins elle ne revient plus dessus !

    RépondreSupprimer
  13. J'ai lu par curiosité ton post sur l'open space et je me suis totalement retrouvé dans ce que tu as écris ! Mais pourtant je ne travaille pas en open space, je suis dans un bureau avec ma collègue mais les murs son totalement viré et nos écrans ne sont pas côtés murs malheureusement. Chez nous, tout le monde à un bureau avec vitre donc tout le monde voit ce que tout le monde fait, quand es-ce qu'il part ect, donc les ragots et les médisances, y a pas besoin d'être dans un open space pour subir ce genre de choses !

    RépondreSupprimer
  14. Dix ans que je travaille dans ce type de bureaux, en plus on accueille le public. C'est vrai que c'est usant, que c'est très difficile de se concentrer sur son boulot quand il y a beaucoup de monde au guichet.
    Mais je suis encore vivante!

    RépondreSupprimer
  15. J'avais travaillé en Open Space pendant un an... Avant de rentrer là où je suis. Nous c'était l'ambiance qui nous sauvait. On était en assistance téléphonique. Alors au niveau de l'ambiance c'était sympa. Et on avait des ordis tellement pourris qu'on risquait pas d'aller bien loin au niveau de ventes privées ou la Redoute. Ce qui nous sauvait régulièrement c'était de pouvoir prendre nos pauses quand on voulait. Mais le fliquage incessant des temps de pause, de Post appel ou même de problème informatique m'ont trop pesé. Effectivement, l'Open Space c'est super dur à supporter. Courage!!!

    RépondreSupprimer
  16. je suis en oppen space, je fais du sav alors que mes collègues font du téléconseil et de la vente, ça jase à longueur de journée, et j'ai la chance d'être dos au mur mais à 2 mètre du bureau du patron qui entend tout ce que je dis aux clients ou collègues...

    RépondreSupprimer
  17. J'ai taffé en open space et oui, c'était chiant. Tous les défauts dont tu parles je les aies vécus et ça m'a VRAIMENT saoulée -_-

    RépondreSupprimer
  18. J'ai testé également (pas longtemps) mais assez pour me rendre compte que c'est USANT. J'ai des problèmes de concentration et de fatigue intenses dues à la fibromyalgie et je peux vous dire que cela n'a rien arrange....est-ce la cause de mon arrêt de travail actuel ?????
    Peut être peut être pas..
    Très très bel article bravo

    RépondreSupprimer
  19. Merci pour toutes vos réactions :))
    C'est allé tellement vite que je n'ai pas eu le temps de répondre une à une.

    Je vous comprends tout à fait, d'où mon post, cependant, on retient quand de belles choses non? La rencontre d'ami(e)s formidables avec qui ont auraient pas forcement parler autant si on était en bureau classics.

    Et puis aussi les fous rires, les blagues à voie haute, les joies etc... Ca ne vous rappelle rien!?

    Milles bisous et merci pour vos réactions

    RépondreSupprimer
  20. J'ai commencé à travailler dans des bureaux séparés et ensuite dans des open space. Je n'ai jamais aussi mal travaillé que depuis que je suis dans des espaces partagés. C'est constamment bruyant soit par ce qu'il y a qqun qui parle au téléphone, soit parce qu'il y a un autre qui répond à une question, soit parce qu'il y a qqun qui a envie de raconter sa soirée de la veille. Bref tu n'es jamais tranquille et surtout tu ne crées aucun lien réelle avec tes collègues. En effet, quand tu as eu un problème avec ton gosse ou ton mari, tu n'as pas spécialement envie que tous tes collègues soient au courant donc en gros tu ne dis plus rien et tu te méfies de tout le monde... en gros c'est à conseiller pour les employeurs mais a proscrire pour les employés!

    RépondreSupprimer
  21. Je te comprends tout à fait.
    C'est pas tout le temps génant de copinailler, mais je suis une fille très discrète et pudique. Je n'aime pas trop raconter àma vie ou me vanter etc.. Du coup, quand je suis confronté à ce genre de situation, je suis mal à l'aise.

    Et le téléphone...... Je me lève à chaque fois pour parler un peu plus loin de mon bureau, près de l'escalier (de manière discrête)Et toi, quelles sont tes techniques?? ;)

    RépondreSupprimer
  22. Merci d'avoir pris le temps de publier ces propos aussi criants de vérités ! Je vous confirme que 5 à 6 mois d'open-space suffisent à vous rendre complètement K.O.

    Je souffre de problème auditif, alors je ne peux que comprendre les désagréments que ça occasionne chez les gens "normaux". Pour ma part aussi, oui, l'Open space m'a tuer.

    Faire tomber des murs, c'était très bien en 1989 à Berlin. Mais ça n'a pas vraiment lieu d'être en milieu professionnel. LAISSEZ LES GENS BOSSER EN PAIX !!!

    RépondreSupprimer
  23. Personnellement, j' ai plus ressenti les inconvénients que les avantages. En plus de devoir subir les conversations des autres plus inintéressantes les unes que les autres toute la journée, tu dois faire super attention à ton image (avoir l'air en forme etc.) car tu es jugé en permanence par tes collègues, ce qui te fait perdre de l'énergie inutilement, au lieu de te consacrer à ton travail. Le fait que ce soit le bordel dans le service (ricanements, ambiance de classe collège) n'a pas l'air de déranger les responsables, car ces personnes même si elles ne foutent pas grand chose, mettent de l'ambiance dans l'équipe, ce qui renforce l'apparente convivialité de l'entreprise. Bien sûr, ce sont les personnes dénonciatrices et qui adorent critiquer leurs collègues, à qui on s'empressent de faire signer un CDI. Tandis que les personnes honnêtes, travailleuses et sérieuses comme moi sont exclues. Étant actuellement au chômage, ma dernière expérience en open space pendant dix mois m'a tellement dégoutée, que je ne suis pas sûre de vouloir retravaillée.

    RépondreSupprimer
  24. Je suis en open-space depuis 6 mois et j'ai vraiment du mal. Mon travail demande calme et concentration (écriture de documents, études de solutions techniques) et me voilà dans une zone où nous sommes 8. je suis face à un mur (le truc déjà pas top) à coté de mes 4 collègues d'équipe avec les bruits habituels (téléphones, discussions, blagues, etc...) mais surtout avec derrière moi 3 nanas qui discutent et rigolent toute la journée, genre zéro stress (elles font de l'administratif). C'est vraiment insupportable, je perd toute motivation pour mon travail. Le pire c'est le sentiment d'impuissance par rapport à ça. Impossible de faire la moindre remarque car tu passerais immédiatement pour l’associable de service (mes collègues eux n'ont pas l'air gênés) et ça ne changerait pas grand chose.Et je n'ai pas envie de rentrer dans leur jeu, de jouer au mec cool qui s'éclate dans le groupe car ces gens ne m'intéressent pas.

    Le travail en open-space peut se justifier pour une équipe qui travaille en mode projet avec le même objectif pour tous, mais mettre ensemble des gens qui ne font pas le même travail et ont des contraintes complètement différentes c'est une hérésie. Aucune valeur ajoutée, que des inconvénients. J'ai bien essayé d'en parler (sans citer personne évidemment), de négocier 1 ou 2 jours de télétravail par semaine mais les "managers" (qui eux ont un bureau individuel bien sûr) ne veulent pas en entendre parler, ils ne font pas confiance. Sans espoir donc :-(...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends ton dilemme et je compatis. C'est très difficile de se positionner dans un open-space, sans avoir l'air méchant, pas IN, ou rasoir.
      Mon conseil perso: Dans les open-space ou j'étais, les gens (même les plus branchés, sympas, ou cools) n'hésitaient pas à dire tout haut: "SVP, un peu moins de bruit" ou "dites, vous pouvez parler moins fort?" quand il le fallait pour calmer les esprits. Et ca marchait!! Ils se faisaient respecter et ne passait pas pour des hasbeen mais pour des gens qui sont cools mais qui bossent et aiment ce qu'ils font.

      Donc n'es pas peur de t'imposer quand même... Au plaisir de te relire..
      Pelmaaa

      Supprimer
  25. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer